U

W  

 

V

comme V‘là l’Printemps

« Voilà donc ce qu’il leur fallait à nos compatriotes, du théâtre satirique ! »

Germain Muller

En janvier 1945, alors que Germain Muller et Raymond Vogel viennent tout juste de lancer « La société artistique et littéraire La Fontaine ». Débats, ventes, rencontres, échanges : le bâtiment loué par la société devient un repère plein de vie. Le sous-sol est transformé en scène de théâtre français. Par quelques reprises et invitations qui rencontrent peu de succès, ils comprennent que le public strasbourgeois attend quelque chose de plus « local ».

Germain et Raymond décident donc de monter leur propre spectacle. Ils trouvent des acteurs sans grande difficulté. Pour la musique, ils pensent immédiatement à Mario Hirlé qui accepte la proposition. Par son talent et sa vivacité, Mario est un peu musicalement l’homme à tout faire.
En avril 1945, Germain, Raymond et Mario préparent une revue musicale intitulée « V’là le Printemps ». La première est donnée au lendemain de la signature du Traité d’Armistice, le 9 mai, au théâtre de l’Union.
On y retrouvera notamment la sœur de Germain Muller, Simone, ainsi que sa future épouse, Dinah Faust.
Les premières représentations rencontrent une critique positive mais un succès mitigé auprès de la population.

Cette expérience aura toutefois été un tournant majeur dans la carrière de ces comédiens en devenir. Cette perspective se confirme lorsque le directeur du cabaret suisse « Le Kaktus » propose une tournée de la revue dans toute l’Alsace. Le succès est – cette fois – au rendez-vous. Germain et Raymond garderont l’idée de la revue satirique et créeront le Barabli à la fin de l’année suivante, en décembre 1946.

Le Barabli aura duré 40 ans et aura marqué les esprits et le cœur des Alsaciens de son temps. Mais c’est bel et bien la revue « V’là le Printemps » qui a pour la première fois réunis le noyau dur de ce qui allait devenir le célèbre cabaret.

RETOUR A L'ABECEDAIRE