E

G  

 

F

comme Fritz

« Notre génération est déformée, notre esprit cynique. La pièce L’Ami Fritz est bien plus humaine que nous. »

Germain Muller

Bien connu des Alsaciens, Fritz Kobus ou « l’Ami Fritz » fait partie de ces personnages littéraires si ancrés dans le patrimoine locale qu’on en vient à se demander s’ils n’ont pas réellement existés… Et pourtant non. L’Ami Fritz est né de la plume d’Emile Erckmann et Alexandre Chatrian en 1863, deux écrivains lorrains signant conjointement leurs ouvrages.

Fritz, habitant du village d’Hunebourg, est l’archétype de l’Alsacien bon vivant. Hédoniste et célibataire endurci, son entourage souhaite qu’il se marie. Son vieil ami, le rabbin David Sichel, lui présente alors la jolie Suzel, fille de fermier qui trouvera grâce à ses yeux.

Ce n’est pas tant pour son style ou même son histoire, au schéma très convenu, que l’Ami Fritz est rentré dans la postérité. Germain Muller lui-même, à la première lecture, avoue: « elle m’a paru très simple, d’un esprit très naïf ! » Pourtant, L’Ami Fritz cache sous sa simplicité une réelle vision utopique d’une Alsace unifiée malgré les disparités culturelles et religieuses. Dans le roman, cohabitent en effet Fritz l’anabaptiste, son ami Juif et rabbin David, le tzigane Joseph, mais aussi protestants et catholiques.


Dans les années 50, Germain Muller est chargé par l’Association Départementale du Tourisme de monter une pièce « contenant des éléments folkloriques (costumes, danse etc.) et présentant une image de l’esprit alsacien. » Se souvenant de ses lectures de jeunesse, il propose « L’Ami Fritz ». Après relecture, la stupeur première liée à la naïveté de l’ouvrage finit par séduire Germain, qui y voit l’expression de « la bonté » sans « idiotie puérile », une bulle d’air dans ses propres œuvres satiriques.

Aujourd’hui, bon nombre de cafés, de tavernes ou de Winstùb empruntent à l’Ami Fritz son nom.

Il est même de coutume, depuis une quarantaine d’années, de célébrer le « mariage de l’Ami Fritz » au village de Marlenheim, première étape de la route des vins d’Alsace dans le Bas-Rhin. Tous les 15 août, le village se réunit pour un mariage factice entre deux personnes du village, habillées en costumes traditionnels, non sans avoir enterré la veille la vie de garçon du faux Fritz… Les villageois et visiteurs curieux se pressent autour d’un bon repas, que Germain Muller lui-même n’aurait pas renié.

- Analyse littéraire (9 ans et +) : Étudier la transposition sous forme de bande-dessinée de L’Ami Fritz (ed. Du Signe), choisir une planche, décrire les vignettes (mise en scène du folklore, comparaison avec le roman etc.).
- Création (9 ans et +) : Composer une iconographie du folklore alsacien (voir les œuvres d’Hansi, Louis-Philippe Kamm etc.).

Activités

RETOUR A L'ABECEDAIRE